Guéret (Creuse)

Les poursuites contre Lech Kowaleski doivent être abandonnées !

Brève
16/11/2017

Lech brandissant sa "caméra d'acier" fabriquée par les travailleurs de GM&S

C'est accompagné de plus d'une centaine de manifestants extrêmement chaleureux dont beaucoup de travailleurs de l'ex GM&S Industry que le réalisateur Lech Kowaleski s'est rendu au tribunal de Guéret, Mercredi 15 novembre.

Convoqué pour reconnaitre ou non sa "culpabilité" dans l'accusation de "rébellion contre les forces de l'ordre", il a bien sûr nié ! Faisant un reportage sur la lutte des GM&S pour Arte, il a tout simplement voulu protéger sa caméra contre des CRS qui n'appréciaient pas qu'il les filme en train d'expulser violemment des travailleurs de GM&S qui occupaient la préfecture de Guéret le 20 septembre.

Non content de réprimer les travailleurs qui luttent pour sauver leur emploi, le pouvoir voudrait intimider ceux qui rendent compte de ces luttes. Son avocat, qui a demandé au procureur d'abandonner les poursuites, a déclaré à la sortie de l'audience : " Cela nous montre que celui qui a déclaré aux travailleurs qu'il n'était pas le "Père Noël"  est en réalité le "Père Fouettard" !

Guéret (Creuse)

Relaxe pour Lech Kowaleski

Brève
14/11/2017

Le réalisateur indépendant Lech Kowalski est convoqué au tribunal de Guéret, ce mercredi 15 novembre. Il risque jusqu’à 35 000 euros d’amende et deux ans de prison. Mandaté par Arte pour faire un reportage sur le combat des travailleurs de l’usine GM&S de La Souterraine en lutte contre leur licenciement, il les avait suivis le 20 septembre dernier alors qu’ils occupaient la préfecture. Il avait alors été brutalement expulsé et sa caméra avait été rendue inutilisable par les forces de l’ordre. Il est maintenant poursuivi pour «rébellion». Non content de réprimer les travailleurs qui luttent pour sauver leur emploi, le pouvoir voudrait intimider ceux qui rendent compte de ces luttes.

Un rassemblement de soutien est organisé devant le tribunal de Guéret ce mercredi 15 novembre à 14h. Lutte ouvrière s’associe à cet appel.

Manifestation à Limoges, 10h30 carrefour Tourny

Le 16 novembre, une nouvelle étape du combat

Brève
14/11/2017

Nouvelle loi travail par ordonnances, baisse des APL, mesures contre le logement social, hausse de la CSG, les attaques de ce gouvernement des riches se multiplient contre les classes populaires.

Les raisons ne manquent pas de manifester ce jeudi 16 novembre, à l'appel de la CGT, de FO, de Solidaires, de l'UNEF, des organisations de lycéens et de chômeurs.

Ce gouvernement doit comprendre que les travailleurs, la jeunesse et l'ensemble des classes populaires ne sont pas prêts à se plier à sa politique.

Lutte Ouvrière appelle à la manifestation à 10h30 carrefour Tourny à Limoges

Madrange (Haute Vienne)

La Cooperl....jamais assez !

Brève
29/10/2017

La Cooperl, 5 300 salariés, N° 1 de l'abattage du porc en France, avec deux milliards de chiffre d'affaires et 13 millions de résultats en 2016 vient de racheter les usines Madrange de Limoges et Feytiat et s'apprête à dénoncer tous les accords d'entreprise un peu favorables aux travailleurs.

Elle aurait bien aimé être exonéré d’impôt foncier pour deux de ses établissements dits de « nutrition animale » à Plestan et Plounérin. Les responsables de la Cooperl prétendent s’appuyer sur un alinéa de l’article 1382 du code général des impôts qui exonère, entre autre, les « bâtiments affectés à un usage agricole par les sociétés coopératives agricoles ».

Le Conseil d’État, confirmant le jugement du Tribunal Administratif de Rennes, a refusé à son tour de marcher dans la combine. La Cooperl devra donc payer ses impôts fonciers.

EHPAD de Chalus (87)

Lutte contre les déserts médicaux : de l'esbroufe

Brève
16/10/2017

Vendredi 13 octobre, le premier ministre et la ministre de la santé sont venus à Châlus pour inaugurer la maison médicale. Tout ça pour faire le baratin sur leur prétendu plan de « lutte contre les déserts médicaux ».

La cinquantaine de manifestants présents (des militants CGT et SUD, des habitants et des agents de l’EHPAD de Châlus venus avec une banderole, des personnels du CHU et d’Esquirol, des salariés de GM & S…) n’ont rencontré que les forces de police devant eux et un vague représentant des ministres qui s’est entendu dire vertement « le bordel c’est pas nous c’est Macron et les patrons », « pour que tout le monde ait accès aux soins il faut former des médecins, les répartir sur tout le territoire",

Ils ont aussi demandé l'arrêt des fermetures de lits, l'embauche dans les hôpitaux et les EHPAD : à l’EHPAD de Chalus, il n’y a que 2 agents la nuit pour plus de 130 résidents, la journée le personnel doit toujours courir.

Les 2 ministres sont tellement convaincus de l’efficacité de leur baratin qu’ils sont repartis en catimini par les petites rues derrière dans le bourg de Châlus sous bonne escorte.