La Voix du Nord :  Avec LO dans la 3e Michel Darras et Eric Robaszkiewicz pour une riposte globale

Article de presse
03/06/2017

Michel Darras et Eric Robaszkiewicz portent les couleurs de Lutte ouvrière.

Interdire les licenciements, c’est la colonne vertébrale du programme de Lutte ouvrière défendu par un salarié de la FM et un employé de la Poste. Parce que la lutte s’annonce rude avec la présidence Macron.

Michel Darras est salarié à la Française de mécanique, Éric Robaszkiewicz travaille à la Poste de Lens. À eux deux, ils forment le binôme estampillé Lutte ouvrière dans la troisième circonscription. S’ils sont candidats évidemment pour défendre un programme, des idées, ils veulent tenir un langage de vérité aux électeurs : « Il ne suffirait pas d’être élu pour appliquer tout ce qui serait nécessaire dans le monde du travail. À commencer par 1 800 € net par mois minimum pour tous les salariés, la levée du secret des affaires, l’interdiction des licenciements… Le programme de Nathalie Arthaud à la présidentielle. »

Devenir député au soir du 18 juin ne suffirait pas car ce sont des luttes massives qui ont conduit au changement. « L’enjeu des législatives, c’est de dire les choses qui vont se régler de manière collective. Notre envie, c’est plutôt de préparer le troisième tour social de la présidentielle. »

La campagne, c’est des rencontres évidemment à la sortie des entreprises, des réunions publiques, beaucoup de rencontres. « À la présidentielle, les électeurs ont été tentés par le vote utile dès le premier tour. Pourquoi on n’a pas réussi à se mettre d’accord, là, avec la France insoumise ou le Parti communiste ? Parce que nous sommes les seuls à dire qu’il faut interdire les licenciements ! Avec Macron, on va être dans la même politique de suppressions d’emplois en donnant la possibilité aux patrons de faire passer en priorité les accords d’entreprise avant les accords de branche. Ce qui revient à enfermer les salariés entre quatre murs. Car on le sait bien, quand le chômage grimpe, quand les gens font la queue pour décrocher un emploi, ce sont les patrons qui en profitent. Les travailleurs ne peuvent se défendre que s’ils sont unis dans une riposte globale. »

Quant à la perspective du FN emportant la circonscription, les candidats le clament « le FN est un leurre, ce n’est pas un allié des travailleurs. Les travailleurs ont eu l’impression qu’ils pouvaient donner un coup dans la fourmilière. Le monde du travail se cherche un sauveur ».