Rétention : une rafle sans fin

Brève
10/11/2017

Le 1er octobre un sans-papier a tué deux jeunes femmes à Marseille, alors qu'il avait été la veille entre les mains de la police lyonnaise. Du coup le ministre de l'Intérieur a renforcé ses consignes de chasse aux sans-papier.

En conséquence les centres de rétention débordent, avec deux fois plus de détenus. Quatre sur dix y voient leurs droits bafoués, selon des juges eux-mêmes qui en libèrent. Ce qui n'empêche pas les préfets d'en emprisonner d'autres.

C'est le visage inhumain de cette campagne effrénée pour toujours plus de sécuritaire.