Brèves

Tragédie de la misère au Maroc

Brève
21/11/2017

la pauvreté dans un village marocain

Dimanche 19 novembre, quinze femmes sont mortes piétinées par la foule lors d’une distribution de denrées alimentaires de première nécessité à Sidi Boulaalam, une petite localité rurale située au sud-ouest de Casablanca, au Maroc. D’après les médias locaux, le bilan reste provisoire et pourrait s’alourdir car on compte au moins une quarantaine de blessés.

Un particulier avait organisé cette distribution de farine et d’huile sur une place du marché, comme il le fait chaque année, mais il a rapidement été débordé par une foule de près de 800 personnes, principalement des femmes de tous âges. « Les gens se sont bousculés et ont fait tomber les barrières », d’après un témoin.

Un drame de la misère ? Oui, certainement mais cette misère elle a des causes et des responsables : la classe des riches privilégiés, le roi et sa famille en tête, et tous les exploiteurs capitalistes du Maroc, dont beaucoup sont français.

33ème campagne des Restos du cœur dans un système sans cœur

Brève
21/11/2017

33 ans après leur lancement, les Restos du cœur entament leur campagne d’hiver. Le nombre de repas distribués est passé de 8,5 millions en 1985 à 135,8 millions en 2016. L’association rappelle qu’en France, 9 millions de personnes vivent aujourd’hui en dessous du seuil de pauvreté.

Pour l’occasion, Macron s’est rendu dans un centre de Paris, le temps de faire un discours devant les caméras. Ce petit intermède médiatique visait à faire oublier qu'avec les sacrifices imposés aux classes populaires pour financer des cadeaux aux très riches, Macron est un de ceux qui aggravent la misère.

L’enfer aux portes de l’Australie

Brève
21/11/2017

Sur l'île de Manus

700 réfugiés originaires d’Irak, du Sri Lanka, d’Iran ou d’Afghanistan survivent dans un camp sur l’île de Manus, au large de la Papouasie-Nouvelle Guinée. Ils y sont retranchés sans eau ni électricité, ni nourriture, et refusent de sortir à cause des agressions dont ils sont victimes, de la part de petits voyous ou de la police locale.

Ce camp avait été ouvert par le gouvernement australien pour y déporter tous ceux qui cherchaient à gagner son territoire. Depuis le 31 octobre, il a été fermé par la Papouasie sans qu’aucun pays n’ait accepté d’accueillir les réfugiés qui s’y trouvaient.

Des pauvres condamnés à rester dans un camp de concentration, c’est le monde impérialiste en ce début du 21ème siècle !

Vente d’esclaves en Libye : hypocrisie au sommet

Brève
21/11/2017

réfugiés en Libye

Le documentaire de la chaîne américaine montrant un marché aux esclaves en Libye a suscité l’indignation. De très nombreuses personnes ont été choquées et bouleversées à juste titre devant cette traite des temps modernes où les migrants sont réduits à l’état de bêtes humaines.

En revanche, on a bien moins montré du doigt les causes de cette situation. En dressant des barbelés aux frontières de l’Europe et en favorisant la création de camps en Libye, ce sont les dirigeants occidentaux qui ont livré les migrants à ces marchands d’esclaves.

Ça promet... pour les patrons

Brève
20/11/2017

Le ministre des Finances envisage d'« alléger » massivement les « charges » sur les salaires les plus bas... mais aussi « sur les salaires les plus qualifiés ». Bref, sur tous les salaires.

Ce qui se profile, c'est donc un nouveau cadeau au patronat, et ce qu'il ne payera pas le sera par nous, les travailleurs.

Chômage en marche...

Brève
20/11/2017

Les chiffres du chômage viennent d'être publiés. Sur trois mois, le chômage augmente de 0,2 %. Pourtant, il y a toutes sortes de manipulations pour faire baisser les chiffres, en particulier radier les chômeurs pour des broutilles.

Malgré ces magouilles, le nombre des chômeurs ne diminue pas. Et les ordonnances Macron, qui facilitent les licenciements, ne vont certainement pas inverser la courbe.

Menaces contre les travailleurs d’Ascometal

Brève
20/11/2017

La société Ascometal, où 1 500 travailleurs fabriquent, sur trois sites, des aciers spéciaux, va être placée en redressement judiciaire. Comme les travailleurs de GM&S, sous-traitants de Peugeot et Renault, ceux d'Ascometal le sont de Renault, Toyota, BMW et de la SNCF. Et ils risquent, eux aussi, d'être lâchés par leurs donneurs d'ordre.

Le gouvernement prend des initiatives en faveur de l'industrie qui se traduiront à coup sûr par de nouvelles aides au patronat, mais pour sauver les emplois des travailleurs, il faudra commencer par interdire les licenciements. Mais cela, il faudra que le monde du travail l'impose !

Non aux violences faites aux femmes

Brève
20/11/2017

Samedi 25 novembre sera une journée contre les violences faites aux femmes. Les récentes révélations de harcèlement sexuel ont encouragé des milliers de femmes à dénoncer les comportements sexistes. Les plaintes à ce sujet ont augmenté de 25 %.

En 2016, en France, selon des statistiques très sous-estimées, 123 femmes ont été assassinées par leur conjoint ; 230 femmes adultes ont été violées. Mais seul un violeur sur cent est condamné.

Lutte Ouvrière s'associe à cette manifestation pour les droits des femmes appelée, à Paris, à 14 h 30, place de la République.

Deux ans après, toujours rien

Brève
20/11/2017

Deux ans après les attentats du 13 novembre, Macron a fait des discours sur la solidarité nationale. Mais la moitié des locataires de l'immeuble de Saint-Denis que les policiers ont pris d'assaut pour y déloger des terroristes qui s'y étaient réfugiés, ne sont toujours pas relogés, comme la précédente ministre du Logement s'y était engagée. La ministre a changé, et le gouvernement aussi, mais rien n'a été fait.

Imprimer txt txt