Whirlpool : retour de l’ami des licencieurs

Brève
04/10/2017

Cinq mois après sa visite entre les deux tours de l'élection présidentielle, Macron est revenu à l'usine Whirlpool d'Amiens, entouré d'un imposant service d'ordre, pour se féliciter qu'un repreneur se soit engagé à créer 277 emplois d'ici 2018. Mais dans cette usine, il y avait 300 CDI et 250 intérimaires. Près de la moitié des travailleurs se retrouvent donc à Pôle emploi.

Des travailleurs du site ont dénoncé la situation, déclarant : « Nous ne voulons pas être le laboratoire d'essai de la nouvelle liberté de licencier en France dans les groupes qui font des profits. » Autoriser le patronat à licencier à sa guise, oui, il va bien falloir trouver les moyens de faire passer le goût de cette liberté-là à Macron.