La Réunion

Les aventures d’Annick à la plage… et ailleurs

Brève
09/10/2017

Annick (Girardin, ministre des Outre-mer) à la plage, avec les familles des victimes des attaques de requins, au Conservatoire des Mascarins, devant les patrons du BTP pour leur annoncer de nouvelles aides étatiques, avec les maires de la Réunion pour leur annoncer la suppression des contrats aidés, à Mafate pour jeter un coup d'oeil sur les « microgrids » (système d'alimentation électrique solaire en zone isolée).

Annick se démène pour les riches et mène la population laborieuse en bateau. Elle est payée pour cela !

La Réunion

Suppression des emplois aidés, face à la brutalité du gouvernement, une seule solution : la lutte !

Brève
06/10/2017

Plusieurs dizaines d'Atsem, parents d'élèves et d'instituteurs, venus du Tampon, mobilisés depuis des semaines ainsi que plusieurs autres dizaines d'emplois « verts » attendaient de pied ferme jeudi 5 octobre la ministre des outre-mer, Monique Girardin, à son arrivée à l'aéroport de Gillot pour exiger du gouvernement qu'il renonce à mettre fin aux contrats aidés.

Devant les caméras de télévision la ministre s'est dite « ouverte au dialogue » et annoncé  300 contrats aidés supplémentaires  pour la fin 2017. Cela a pu  satisfaire des dirigeants de droite des associations d'emplois verts mais ne répond en aucune façon aux attentes des milliers de travailleuses et de travailleurs à qui le gouvernement ferme aujourd'hui les portes de l'emploi.

La ministre a d'ailleurs mis un terme aux illusions colportées par la droite... en annonçant brutalement le lendemain, devant les maires réunis à la Préfecture, que le nombre d'emplois aidés attribués à La Réunion passerait de 24 000 actuellement à 13 000 en 2018, pour être ramené à zéro à partir de 2019.

Une chose est claire : le gouvernement qui vise, dans sa loi de Finances 2018, à réaliser 1 milliard d'euros d'économies sur ces dispositifs subventionnés n'a pas l'intention de reculer sur son projet d'en finir avec les contrats aidés. Les travailleurs de La Réunion comme des autres territoires français savent donc à quoi s'en tenir : ils n'auront pas d'autre solution que de se mobiliser et lutter pour contraindre Macron et son gouvernement à maintenir ces emplois et à les pérenniser !

La Réunion

Madagascar : la peste, encore un résidu pourri du capitalisme

Brève
05/10/2017

« Dans les rues de la capitale malgache, les habitants cherchent désespérément des '"cache-bouche" et des antibiotiques pour se prémunir de la peste. »

Ceci n’est pas une page d’histoire du Moyen-âge mais réellement ce qui se passe aujourd’hui même au 21ème siècle dans ce qui fut une « conquête » de la France bourgeoise et coloniale, où il n'existe ni tout à l'égout ni ramassage des ordures.

Selon l'OMS, Organisation mondiale de la santé, depuis le 28 août on dénombre 24 morts et 133 cas de personnes contaminées à Madagascar.

Avec les antibiotiques et les vaccins on sait aujourd'hui lutter contre ces maladies infectieuses et on a pu allonger considérablement la durée de vie. Mais dans les pays pauvres dont Madagascar l'accès aux médicaments n'est pas possible pour la population et le manque d'infrastructures de santé et de moyens représente un gâchis total face à des retours prévisibles de toutes ces maladies, dont la peste. Et cela c'est bien de la responsabilité du capitalisme, ce système économique malfaisant qui enterre les chances de développement que le progrès scientifique donne à la société humaine.

La domination d’un système criminel qui met la recherche du profit au-dessus de tout est un cauchemar, une catastrophe.

La révolution nous coûtera moins cher.

La Réunion

Et si on faisait... "chauffer la marmite" ?

Brève
01/10/2017

Tous les produits pétroliers ont à nouveau augmenté à partir du 1er octobre. Gazole et sans-plomb de 2 centimes de plus par litre augmentant d'autant la facture des déplacements pour aller travailler, faire ses courses ou amener les enfants à l'école. Quant au prix de la bouteille de gaz qui avait déjà été majoré de 81 centimes en septembre, il l'est de nouveau de 50 centimes et s'établit donc dorénavant à 17, 50 €.

Ces augmentations de prix vont permettre aux compagnies pétrolières, aux détaillants et à l'état de s'en mettre plein les poches... en vidant celles des travailleurs !

La Réunion

À propos des Assises de l'outre-mer

Brève
01/10/2017

Des Assises de l'outre-Mer vont se tenir d'octobre 2017 à janvier 2018 dans les différents départements ultra-marins. Mais à quoi servent-elles et surtout à qui vont-elles bénéficier ?

Une première mouture de ces Assises avait déjà eu lieu en 2009, à la suite du long mouvement social qui avait paralysé les Antilles et La Réunion. C'est le président de la république de l'époque, Nicolas Sarkozy, qui avait souhaité l'organisation de ce rassemblement. Le principe était le même : des ateliers locaux, suivis d'une synthèse nationale. Cette synthèse avait débouché sur 137 mesures, dont la plupart sont restées inappliquées, sauf celles intéressant le patronat !